Artistes et Robots, L’exposition au Grand Palais


expositions, Sorties / lundi, avril 16th, 2018

L’exposition à voir en ce moment à Paris, c’est : Artistes et Robots !

Les expositions du Grand Palais sont toujours très attendues et très souvent d’une grande qualité. Les beaux jours arrivent enfin sur paris et alors que le soleil illumine la verrière du Grand Palais, ce dernier accueil de nouveaux artistes atypique : des robots. En effet, du 5 avril au 9 juillet 2018 une exposition inédite prend possession de l’un des musée les plus emblématiques de Paris : Artistes et Robots. Cette exposition est consacrée à l’ « imagination artificielle ».

Ce terme un peu barbare regroupe en fait l’art robotique, l’art génératif, et l’algorithmique. Trois domaines incluant les robots, la robotique ou l’informatique. Le tout nous proposant une exposition d’un nouveau genre, où une grande partie des œuvres se créent devant nous, et certaines même se créent avec nous !

Article a été écrit et pensé avec Marine Bacquet avec qui je suis allé à cette exposition. Bonne visite.

exposition artistes et robots grand palais nicolas schoffer divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

La machine à créer

Cette exposition Artistes et Robots s’articule en trois parties principales. Ces différentes parties s’intègrent parfaitement dans la scénographie de cette exposition. La machine à créer est la première de ces trois parties, et son nom est assez explicite. Dans cette partie, nous avons la chance de voir des œuvres se créer en temps réel devant nous. Les robots prennent vie sous nos yeux, et la majorité de ces œuvres entrent en mouvement devant nous.

Malheureusement certains étaient à l’arrêt, soit pour cause de problèmes techniques, soit par simple volonté de les laisser à l’arrêt. Je penses à l’œuvre d’ Arcangelo Sassolino par exemple. C’est une énorme pince métallique qui racle le sol et y laisse divers motifs. Ce robot était apparemment volontairement arrêtée, notamment à cause du bruit que cette œuvre produit. Pour ce qui est des autres œuvres de cette première partie de l’exposition, on prends un grand plaisir à les voir. A les voir mais surtout à les voir se créer sous nos yeux. Dans ces premières pièces de l’exposition, c’est une usine à robots. Le visiteur ne sait plus où donner la tête.

exposition artistes et robots grand palais robot nam june paik divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

Des œuvres vivantes

Les robots s’actionnent à tour de rôle pour dessiner, peindre, ou même sculpter des œuvres devant nous. L’une d’elle est signée Patrick Tresset (que vous pouvez voir ci-dessous). Le robot que l’on peut voir ci-dessous, est muni d’un bras articulé avec un stylo, et d’une caméra, qui scrute le modèle afin de le reproduire sur une feuille de papier. A savoir que cet artiste Londonien à créé ces robots comme échappatoire à sa folie, et la fait qu’il ne pouvait plus dessiner lui même. Et on peut alors légitimement s’interroger sur deux points : quelle est l’œuvre ? Et qui est l’artiste ?

Est-ce que l’œuvre est l’ensemble du dispositif, avec le robot, le dessin, et le ou les modèles qui sont dessinés, ou bien est-ce que c’est seulement le dessin qui est l’œuvre ? Et la deuxième question : l’artiste est-il le créateur de ce robot, ou est-ce le robot lui-même qui signe même les dessins ? Je n’ai pas la réponse et je vous laisse à votre interprétation. Une chose est sure, les robots ont leurs propres noms, et signent les dessins eux-mêmes, qui sont d’ailleurs vendus à la boutique de l’exposition.

artistes et robots exposition grand palais patrick tresset divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

L’œuvre programmée

Passons à la seconde partie de cette exposition qui est dédiée à l’œuvre programmée. Le robot est alors invisible, et ce ne sont plus des machines bruyantes et qui prennent beaucoup de place. L’œuvre peut alors être de grande taille selon les envies et la scénographie de cette exposition, mais le robot n’est plus visible. Ces œuvres présentées sont alors majoritairement réalisées par ordinateur, et donc de technologies assez récentes.

Certaines pièces, et certaines de ces œuvres sont alors présentées sur des écrans, dans des salles obscures avec des vidéos. Et encore une fois une question de pose : les vidéos et les images en mouvement qui nous sont proposées de voir, sont elles les œuvres en elles-même ? Ou bien est-ce seulement le procédé de création qui va amener à l’œuvre finale ? Peut-être un peu des deux selon les œuvres, avec des œuvres et des créations, parfois fixe, parfois en mouvement.

exposition artistes et robots raquel kogan grand palais divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

Le robot s’émancipe

Dans cette troisième et dernière partie de l’exposition : le robot s’émancipe. Tout un programme me direz-vous ! Grâce à différents procédés, le robot devient alors lui même un créateur, et de plus en plus autonome, avec bien sur la notion d’intelligence artificielle. Et je penses que l’on peut également inclure à cela le fait que le visiteur devient parfois le sujet du robot. Vous pouvez en voir un exemple ci-dessous avec l’œuvre de Laurent Mignonneau et Christa Sommerer. Le visiteur devient alors le sujet de cette œuvre en se plaçant devant cet écran. Et les milliers de mouches dans cet écran se déplacent, pour créer l’œuvre. Elles retracent alors les contours du visiteurs, ou de tout autre objet placé devant la caméra.

Cette émancipation interroge : en effet, les nouvelles technologies présentées ont également la capacité de s’adapter de d’apprendre par elle même suite aux interactions qu’elles ont avec le visiteur. Loin d’être un avertissement de l’extinction de l’humanité cet exposition est surtout la preuve que notre société évolue et donc l’art aussi s’adapte et embrasse ces nouveauté pour dépasser l’imaginaire et faire toujours rêver.

artistes et robots laurent mignonneau et christa sommerer grand palais divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

En résumé :

Cette exposition ré-affirme également qu’une œuvre doit toujours être mise dans son contexte. En effet, ce qui est intéressant ici c’est la manière dont les œuvres sont élaborées, la technique utilisée ou l’innovation inventée pour elle, et non uniquement sa qualité plastique ou esthétique. Dans 20 ans ces procédés seront surement désuets, et on se dira que ces œuvres datent. Il est alors important de considérer l’œuvre et la technique comme un ensemble.

Les + : Une nouvelle forme d’exposition, des œuvres inédites que l’on prend plaisir à voir, et à voir se créer. Des œuvres impressionnantes, et des œuvres animées. Et également des œuvres dont vous êtes le sujet, alors à vous d’y aller

Les – : N’étant pas un grand professionnel de l’art et ayant une connaissance plus restreinte que Marine à ce sujet. Je suis passé complètement à côté de certaines œuvre peut être trop étranges ou trop compliquées pour moi. Et autre point négatif, les quelques robots de la première partie que nous n’avons pas vu en train de fonctionner et donc créer des œuvres.

Enfin, je conclurais avec la dernière phrase du livret que je trouve très juste : « Le robot devient donc co-auteur. Nous rendra-t-il plus humain, plus artiste, ou plus robot ? »

Vous avez jusqu’au 9 juillet pour vous faire votre propre avis, en assistant à l’exposition : Artistes & Robots.

Et vous ? Irez-vous voir cette exposition ? Que pensez-vous de ces robots qui créent ?

Retour sur notre expérience de bénévoles au Marathon de Paris

Article écrit et pensé avec Marine Bacquet avec qui je suis allé à cette exposition.

exposition artistes et robots peter kogler grand palais divers tease me
Artistes et Robots – Grand Palais © Diversteaseme

 

3 réponses à « Artistes et Robots, L’exposition au Grand Palais »

  1. Un nouveau post très intéressant!

    Cette exposition m’évoque un film comme Hugo Cabret de Martin Scorsese, dans lequel Hugo s’efforce de réparer l’automate mécanique que son père cherchait à restaurer avant sa mort.
    Il finit par découvrir que cet automate (ancêtre de nos robots) a été concu par Georges Méliès l’inventeur des trucages au cinéma.
    Dans la scène finale l’automate dessine la lune avec l’obus qu’elle a reçu dans l’oeil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *